Le jardin médiéval

Jardin sacré ou profane, le jardin médiéval est avant tout clos, délimité par un mur, une structure légère ou parfois une haie.

Cette allégation orienta la réflexion sur le choix du lieu d'implantation du jardin dans la propriété. En 2001 prnant appui sur lemur d'enceinte, notre création d'inspiration médiévale voit le jour, conjuguant étroitement l'utilitaire et le symbolisme(disposition en croix des carrés dans l'herbularius ...) et rendant au châteaude Créminil (XVème siècle) l'espace dévolu à la vie quotidienne des autochtones.

Des parterres carrés ou rectangulaires voient s'épanouir des plantes aux fonctions nourricières, médicinales, condimentaires tinctoriales et artisanales.

Partis du capitulaire de Villis (promulgé vers 795) qui fixait la liste des 88 plantes à cultiver dans les domaines de Charlemagne, nous nous appuyons sur les Grandes Heures d'Anne de Bretagne, pour développer notre jardin. Le livre de prières de cette reine de France, contemporaine du château, permit aux botanistes d'identifier 337 plantes.

Dans l'herbularius, vous irez à la découverte des plantes médicinales, aromatiques, condimentaires, tinctoriales (garance et pastel) tandis que l'hortus (potager) vous offrira un panel de légumes.

L'usage des plantes à des fins médicinales est issu d'un savoir intuitif et empirique qui se mélange aux superstitions populaires. les plantes sont utilisées seules ( simple) ou en association avec d'autres plantes, des épices voire des minéraux. Prescrites par l'apothicaire, l'herboriste, le chirurgien barbier...... elles n'ont pas de secret pour de nombreuses guérisseuses.

Si la cuisine romaine employait en abondance les herbes aromatiques, la gastronomie médiévale privilégie quant à elle, les épices. Il fallut attendre le XVIIème siècle, qui a inventé le bouquet garni pour retrouver l'usage important des herbes. Au moyen âge, les plantes aromatiques sont les épices du pauvre. Plantes indigènes elles ont moins d'intêret, pour les classes nobles et bourgeoises, que les épices venues d'Orient (apport principalement des croisades).

Au XVème siècle à la fin du moyen âge, les fleurs ornent la chapelle et la demeure seigneuriale tandis que l'amour "courtois" (exaltant l'amour mystique et chevaleresque) trouve son lieu d'expression au jardin. La chambre d'amour nichée au coeur du jardin bouquetier abrite des oeillets, symbole de fiançailles.

 

Le verger :

Quelques vieux pommiers ont accueilli dans cet espace, il y plus de 10 ans, de jeunes arbres de variétés anciennes.

Une rangée de cerisiers et de pruniers complète la collection des fruitiers à laquelle s'ajoutent framboisiers rouges et blancs, groseilliers rouges et blancs, groseilliers à maquereaux et cassissiers.

Le jardin secret :

Au delà du verger, entrez dans ce jardin clos par de hautes haies, qui abrite quelques plantes dotées de vertus magiques. Le moyen âge possède une pharmacopée démoniaque avec des herbes de vie et des herbes de mort. Belladone, jusquiame noire, datura stramoine sont des plantes de sorcière qui s'épanouissent dans ce coin reculé, traversé par un sentier sinueux qui symbolise la vie de l'homme et rappelle, si besoin était, que nos actions ne sont pas toujours avouables ni glorieuses. D'un bleu éclatant, la nielle des blés tient compagnie à la bryone dioïque encore surnommée navet du diableet dont la racine a de faux airs de mandragore.

Mandragore ? cette plante mythique du moyen âge se développe dans un pot au pied d'une potence.......

Le plan du Jardin :

Quelques plantes moyenâgeuses :

 

Rose: 

est la fleur emblématique du moyen âge. C'est la fleur de la vierge. Elle est reconnue pour ses propriétés ornementales, médicinales et et culinaires. Le célèbre trouvère, Thibaud de Champagne, parti en croisade en terre sainte, introduisit en France, la rose de Damas (Dramascena) en 1239. D'une grande beauté, elle est d'une fragance exceptionnelle.

 

(H)Ellébore fétide: 

depuis l'antiquité et au moyen âge, son action sur la folie était connue. Tombée dans l'oubli maintenant, nous savons qu'elle était toujours en usage au XVIIIème siècle. Souvenez vous de la fable de la Fontaine, le lièvre et la tortue.

Romarin:

est utilisé comme brosse à dents par les gens du moyen âge !On frotte une branche sur les dents et les gencives pour enlever le tartre et laisser une bonne haleine.

Sauge:

est une plante essentielle dans le jardin médiéval. L'école de Salerne pensait qu'elle était le remède par excellence, ce qui est confirmé par l'éthymologie de son nom issue du latin "salvare" signifiant "sauver". "Une sauge dans le jardin éloigne le médecin";aphorisme de la plus célèbre école de médecine du moyen âge (XIème).

Aubépine:

de la famille des rosacées, fleurit en mai. La fleur est souvent associée à l'attente, à l'espérance : le chevalier avant de partir pour les croisades donne une branche d'aubépine à sa dame pour qu'elle pense à lui. L'aubépine aégalement une signification christologique. Au moyen âge, on pensait que la couronne d'épines du Christ était faite de branches d'aubépine.

Saponaire:

est une plante que l'on utilise comme savon. Ses feuilles frottées dans l'eau font une mousse abondante pour se laver, faire la vaisselle... Les romains l'utilisaient déjà.

Tanaisie:

est prisée autant dans le domaine culinaire que médical. On relève son emploi dans les recettes du Mesnagier de Paris. C'est un excellent insecticide naturel.

Rue officinale:

plante anti-aphrodisiaque et abortive. Surtout connue comme plantedes monastères, elle brûle la peau par simple contact.

Valériane:

sédatif puissant, utilisé dans certaines préparations pour endormir les patients des barbiers et des chirurgiens au moyen âge. A haute dose cette plante est hallucinogène.

Alchémille:

tire son nom des alchimistes qui pensaient pouvoir transformer la sécrétion de la plante (apparence de gouttes de rosée) en or. Des vertues tonifiantes pour la peau lui sont reconnues. On note qu'au moyen âge, les jeunes femmes et les jeunes filles se roulaient nues, dans l'alchémille, la nuit de la Saint Jean pour garder la jeunesse et la beauté éternelles.

Estragon:

est une plante des signatures, la forme de ses feuilles est associée à sa faculté de combattre les morsures de serpent.


Plan d'accès